Dynamite de Paulilles - Consigne des ateliers de paraffinage - 1956

Dynamite de Paulilles - Consigne des ateliers de paraffinage - 1956

  

Nobel Française - Dynamite - Paraffinage manuel - Ratelier amovible

 

Le 6 novembre 1956 est établie une consigne particulière de sécurité pour les ateliers de paraffinage manuel de la dynamiterie de Paulilles. Fixée à 350 kilos, la charge maximale de dynamite pouvant y être manipulée est inférieure à celle de l’atelier d’emballage et paraffinage automatique (500 kg). Le volume maximal de personnel par atelier s’élève à 6 personnes au lieu de 8 dans le secteur automatisé. Des rateliers amovibles sont conçus pour plonger les cartouches dans un bain de paraffine, dont le contrôle de température s'effectue par thermomètre.

A cette époque, les cartouches de dynamite pulvérulente sont paraffinées par trempage dans un bain de paraffine chaude quand elles doivent être expédiées à l’étranger et outre-mer. Elles ne le sont pas quand elles sont destinées à la consommation de la métropole et de l’Afrique du nord. Les paquets de dynamite sont par contre toujours paraffinés, quelles que soient les dynamites qu’ils contiennent et leur destination : on entend par paquets, les boîtes en carton remplies de cartouches, quand elles sont enveloppées de papier bulle assujetti par bandes de papier collant.

Il est établi trente exemplaires de cette consigne relative aux ateliers de paraffinage manuel, qui précède d’un jour celle concernant l’atelier d’emballage et de paraffinage automatique.

E. PRACA

 

DOCUMENT

Ateliers de paraffinage - 1956

 

Dynamite : Poids maximum : 350 kg

Personnel maximum : 6

Outils : Rateliers - Thermomètres

 

Paraffineurs vous devez :

Tenir la température du bain de paraffinage entre 80 et maximum[1]. Un thermomètre est à votre disposition. Utilisez le souvent.

Ne plonger dans le bain que des rateliers complètement garnis.

Vérifier en les sortant qu’il ne manque pas de cartouches.

Soulever le panier de sécurité, dès que vous constatez une cartouche manquante dans le ratelier sortant. Soulevez-le également fréquemment en cours de travail et obligatoirement au début, à la fin et à chaque interruption de paraffinage.

Mais il est formellement interdit :

De soulever le panier de sécurité avant d'avoir rassemblé dans les boîtes de transport toutes les cartouches se trouvant sur la table.

L'ouvrier qui est occupé à plonger des rateliers dans le bain du moment au moment d'un contrôle sera seul responsable, s'il est trouvé une cartouche dans le bain.

Paulilles, le 6 novembre 1956

 


 

NOTES

[1] Il faut lire : au maximum à 80°.

SOURCES

« Ateliers de paraffinage », Paulilles, 6-11-1956, 1 p. dactylographiée. Archives privées.

BIBLIOGRAPHIE

Société Nobel Française, Dépliants Nobel n°1, « Dynamites. Présentation », 3e édition, janvier 1955, p.25 et 30.

POUR EN SAVOIR PLUS

PRACA Edwige, Accidentés de Paulilles - Explosion du 17-11-1958, Site Amis de Paulilles, rubrique Risques, section Accidents.

PRACA Edwige, Dynamite de Paulilles - Consignes pour emballage et paraffinage automatique - 1956, Site Amis de Paulilles, Rubrique Protection sociale.

PRACA Edwige, Dynamite de Paulilles - Consigne des ateliers d'emballage - 1956, Site Amis de Paulilles, Rubrique Protection sociale.