Nitroglycérine - Effets sur la SANTE au travail

 

Nitroglycérine et santé - Visite guidée par Aline Montesinos-Sans - Clich. CD 66

 

Éditée en l'an 2000 par le Bureau International du Travail, une notice résume les effets nocifs de la nitroglycérine sur la santé, parmi le personnel chargé de sa fabrication. À cette date, la dynamiterie de Paulilles est déjà fermée, mais la description de ses effets recoupe les témoignages apportés à la même époque par les anciens ouvriers. On note en particulier l’effet hypotenseur et la toxicité du produit fabriqué, ainsi que les graves troubles pouvant conduire au décès de l'ouvrier. Paradoxalement, le malaise fatal survient généralement durant le temps de repos hebdomadaire, ce qui, en France, a longtemps compliqué sa reconnaissance comme accident du travail.

Sur le site même de Paulilles, depuis sa réouverture en 2008, Aline Montesinos-Sans intervient pour expliquer aux visiteurs, dans le cadre de visites historiques programmées, les méfaits de la nitroglycérine sur la santé des anciens travailleurs. De mémoire familiale également, cette guide explique  le rôle joué par le "mouchoir" et également par le "foulard", comme tentatives d'évitement des malaises, alors mises en oeuvre par le personnel de l'usine. Une invitation à se rendre sur l'ancien site dynamitier et à écouter ses indispensables explications.

E. PRACA

 

DOCUMENT - 2000

Encyclopédie de sécurité et de santé au travail

Extrait de texte

 

« La nitroglycérine est une substance extrêmement explosive et sensible aux chocs ; de même, elle peut détonner par exposition à la chaleur ou par réaction chimique spontanée. Dans les explosifs du commerce, on ajoute un absorbant comme la pâte de bois ou un adjuvant chimique tels que l’EGDN (1) ou le nitrate d'ammonium pour réduire sa sensibilité aux chocs. Sous la forme de dynamite simple ou d’explosif nitraté, la substance ne présente qu’un risque modéré d'explosion.

L'organisme peut absorber la nitroglycérine par ingestion, inhalation ou à travers la peau intacte. Elle provoque une dilatation des artères, une élévation du rythme cardiaque, une baisse de la tension artérielle et une diminution de la différentielle. Les cas de mort subite ont été rapportés parmi des travailleurs affectés à la fabrication des explosifs qui avaient été en contact avec de la nitroglycérine ; mais la mort a généralement été attribuée à l'action de l'EGDN qui, avec la nitroglycérine, entre dans la composition de la dynamite.

La plupart des travailleurs s'habituent rapidement à l'effet hypotenseur de la nitroglycérine ; l'interruption de l'exposition (même brève, comme à la faveur du repos hebdomadaire) risque d'entraîner l'interruption de l'accoutumance et certains travailleurs peuvent être saisis de nausées lorsqu'ils reprennent leur travail le lundi matin ; d'autres ne s’accoutument jamais et doivent être mutés à un autre poste après période d'essai de deux à trois semaines. L'exposition prolongée à la nitroglycérine peut entraîner des troubles neurologiques, et l’ingestion de grandes quantités provoque généralement un collapsus fatal.

Les symptômes initiaux de l'exposition consistent en céphalées, hébétude et hypotension ; ils peuvent être suivis de nausées, vomissements avec fatigue et perte de poids consécutif, cyanose et troubles du SNC (2) pouvant aller jusqu'à la manie aiguë. Dans les cas d'intoxication grave, on observe confusion, agressivité, hallucinations et manifestations maniaques. L’ingestion des boissons alcooliques risque de précipiter l'intoxication et d’aggraver les symptômes. L'intoxication chronique se caractérise par des troubles digestifs, des tremblements et des névralgies (...). »

 ______________________________

 

NOTES

1 - EGDN : Dinitrate d’Ethylène-Glycol.

2 - SNC : Système Nerveux Central

BIBLIOGRAPHIE

MAGER STELLMAN Jane, DUFRESNE Chantal, Encyclopédie de sécurité et de santé au travail, vol. 4, Bureau International du Travail, Genève, 2000.

ICONOGRAPHIE

Illustration aimablement transmise par la Maison de Site de Paulilles, que nous remercions ici.

POUR EN SAVOIR PLUS

PRACA E., Dérivés du Glycol et MORT SUBITE, site Amis de Paulilles, Rubrique Risques/Accidents.