Fragmentation d'une grosse pièce de fonte à la dynamite Nobel - 1930

Fragmentation d'une grosse pièce de fonte à la dynamite Nobel - 1930

 

Exploitant les dynamiteries de Paulilles et d'Ablon à compter de 1927, la Société Nobel Française publie sous forme de fascicules ou de dépliants, des guides publicitaires destinés à sa clientèle. Parues à l'identique de 1930 à 1957, les photos ci-contre traitent de l'une des utilisations de la dynamite : la fragmentation de grosses pièces métallurgiques mises au rebut et destinées à la fusion.

Destruction d'une pièce de fonte

Ces illustrations reproduisent l'état d'une cuve de fonte avant et après sa destruction. L'ouvrier qui est debout contre le bord de la cuve, en train de la remplir d'eau, donne une idée de la dimension de la pièce.

 

 

Cuve de fonte

 

Le déchiquettement de cette masse de fonte est obtenu par l'explosion d'environ 150 grammes de dynamite de puissance moyenne.

 

Fragmentation de la cuve à la dynamite

 

Procédé de fragmentation

La documentation Nobel renseigne sur les techniques de fragmentation de la cuve. Le procédé en est le suivant :

On remplit la cuve d'eau. On place sur ses rebords une barre en bois suivant le diamètre de l'objet. Au centre de cette barre, on suspend la charge de dynamite, munie de son amorçage. On la fait ensuite descendre un peu au-dessous du centre de gravité de la cuve. Selon la société, l'explosion de la charge provoque dès lors la fragmentation de la cuve "sans donner lieu à projection."

 E. P.

_____________________________

 

BIBLIOGRAPHIE

Société Nobel Française, "Emploi des dynamites", Dépliants Nobel 4, 3e édition, janvier 1957, p.51.

ICONOGRAPHIE

Une iconographie identique figure dans : Société Nobel Française, La dynamite, sd [1930], p.18.