Dynamiterie de Paulilles - Productions - 1924

 

 

Quelles sont les productions de la dynamiterie de Paulilles dans l'entre-deux guerres ? Une annonce publicitaire parue dans L'Echo des Mines et de la Métallurgie en 1924 témoigne d'une partition des productions en quatre secteurs clairement délimités. Globalement ceux-ci concernent d'une part la production de dynamite et d'accessoires de mines, d'autre part la production d'acides et celle de matériel en caoutchouc. Présentée par l'entreprise elle-même, cette typologie des productions en permet une étude aisément classifiable, sachant que les productions les plus anciennes concernent les dynamites et les acides, les plus récentes faisant l'objet de nombreuses mutations techniques l'entre deux guerres.

Dynamites

Dans le détail, le premier secteur est celui de la production historique de dynamite, dont la composition est adaptée aux différentes contraintes d'environnement : roches très dures et travaux dans l'eau, roches dures, terrains moins résistants et surtout à cette époque, plusieurs catégories d'explosifs adaptées à l'exploitation des mines de charbon, conformément à une législation en évolution pour en atténuer les risques.

Accessoires de mines

Le second groupe concerne les accessoires classiques liés à l'utilisation de la dynamite : mèches de mineurs, détonateurs, amorces, câbles et surtout exploseurs électriques, dont les nouveaux modèles se diversifient également à cette période. A l'inverse, on note encore l'utilisation des "marmites suédoises ou seaux à dégeler la dynamite", matériel remontant aux années 1870, et reflétant pour sa part l'absence d'usage industriel des produits antigels dérivés du glycol. Ceux-ci seront employés à grande échelle peu de temps après cette publicité.

Acides et engrais

La troisième production de l'usine de dynamite est celle des acides, sulfurique, nitrique et chlorhydrique, produits chimiques nécessaires à la fabrication de nitroglycérine et destinés, pour les surplus, au monde agricole.

Caoutchoucs

Enfin se développe en dernier lieu la fabrication de tuyauterie en caoutchouc, précédant celle de matériel en plastique, ainsi qu'une frange de production relevant des colorants et peintures. Prémices d'une future réussite, ces dernières catégories illustrent de nouvelles orientations, rapidement appelées à former un secteur d'activité supplémentaire, en expansion au sein de la société.

E. PRACA

 _________________________

 

SOURCES

Echo des Mines et de la Métallurgie, 20-7-1924, consultable sur Gallica.

POUR EN SAVOIR PLUS

Sur les dynamites

PRACA E. Principales catégories de dynamite fabriquées à Paulilles - 1870-1984, site Amis de Paulilles, rubrique Productions.

PRACA E., Société Nobel Française - Dynamites les plus utilisées - Années 1950, site Amis de Paulilles - Rubrique Productions.

Sur les accessoires

PRACA E., Site de Paulilles - Une antiquité : le seau à dégeler la dynamite, site Amis de Paulilles, rubrique Patrimoine.

Sur le matériel en caoutchouc

Cf. autre illustration de réclame en 1923, dans l'article suivant :

PRACA E., Gustave Bouquillon, un pionnier de l'industrie du caoutchouc à Paulilles, site Amis de Paulilles, rubrique Administration/Patronat.