Dynamite de PAULILLES - Voyages du NANSEN à Madagascar - 1900-1904

 

 

Au début du XXe siècle, la dynamite de Paulilles contribue à la colonisation française de Madagascar. Les voyages du Nansen, petit vapeur construit à Nantes, s’inscrivent en effet dans le cadre de cette colonisation militaire et commerciale. A diverses reprises, le navire parti de Nantes contourne ainsi Gibraltar, remonte vers Barcelone, Port-Vendres et s’arrête à Paulilles pour chargement. Traversant ensuite la Méditerranée et le canal de Suez, il fait route vers Aden et Djibouti par la Mer Rouge, puis gagne enfin Tamatave.

 


Ile de Madagascar - Vue partielle de la côte Est

 

Après un échouage dans le port d’Andovoranto, sur la côte Est de Madagascar, le navire est remplacé en 1904 par un remorqueur plus puissant, le Fram, toujours commandé par le capitaine français Nadeau. En définitive, au début du 20e siècle, l’un des débouchés de la dynamite de Paulilles est l'île de Madagascar et notamment le port de Tamatave, désormais et surtout occupé par l’administration militaire, au large de l'Afrique et au coeur de l'Océan Indien. Il est dès lors possible que la production paulilloise complète la production des armées, à usage militaire, mais qu'elle soit aussi destinée à l'aménagement du territoire qui en est le corollaire.

 E. PRACA

24-4-2018

 

DOCUMENT – 1900

Article de presse coloniale

 

« Le « Nansen » petit vapeur construit spécialement à Nantes pour faire la navigation sur la côte est de Madagascar, est arrivé à Tamatave mardi dernier avec un changement de dynamite. C'est l'ancien capitaine de la Nina, M. Nadeau qui en est le commandant. Le Nansen jauge 45 tonneaux et a 11 hommes d'équipage. Il est actionné par deux machines et possède deux hélices. Il est en tôle d'acier et sa construction a eu lieu sous le contrôle du « Véritas ».

Le Nansen est parti de Nantes, faisant successivement escale à Lessies, Barcelone, Port-Vendres, Paulilles, Messine, Port-Saïd, Suez, Perim, Aden et Djibouti. De là il est retourné à Aden et, de ce port, a gagné directement Tamatave ».

 

DOCUMENT – 1904

Article Internet

 

« (…) A cette époque, un vapeur, le "Nansen" (de Nantes), effectue régulièrement des voyages entre Tamatave et Andovoranto. Ce bateau de cent tonnes a été spécialement construit par le capitaine Nadeau pour franchir la barre et permettre d’éviter aux marchandises les risques du débarquement par chalands.

Les essais en décembre 1900 sont réussis et le bateau fonctionne bien par la suite. Mais le vapeur est victime d’un échouage en septembre 1902. En 1904, le capitaine Nadeau fait à nouveau le même trajet avec un puissant remorqueur, le Fram, et des chalands spéciaux ramenés de France. La flottille, chargée de matériel et de marchandises, arrive à Andovoranto le 5 décembre, et, en deux fois, franchit la barre avec un succès complet en présence d'une affluence de curieux venus pour assister à cette intéressante opération [qui va contribuer à accroître l’activité commerciale régnant entre les deux ports de la côte Est] ».

 ____________________________

 

BIBLIOGRAPHIE

Journal officiel de Madagascar et dépendances. Supplément commercial (Tamatave et Côte Est)/colonie de Madagascar, 11-10-1900, consultable sur Gallica.

(Dir.) Clément Delhorbe, Revue de Madagascar - Organe du Comité de Madagascar, 10-2-1904, article « Le « Fram » à Andovoranto », consultable sur Gallica. Les extraits concernant notamment les chalands et la flottille sont repris dans « la présence française à Andorovanto », article sur Internet.

POUR EN SAVOIR PLUS

PRACA Edwige, Dynamite de Paulilles - Trafics commerciaux - Résumé, Site Amis de Paulilles, rubrique Etudes.