Promotion de la DYNAMITE GOMME - 1881

Promotion de la DYNAMITE GOMME - 1881

 

Après l’invention de la dynamite gomme par Alfred Nobel en 1875, le personnel d’encadrement des sociétés Nobel assure la promotion du nouveau produit. Relevant des diverses dynamiteries européennes, l'ingénieur Fernand Feutrier intervient ainsi au congrès de l’Association française pour l’avancement des sciences, réuni à Alger en 1881[1].

Celui-ci mentionne alors l’abandon du charbon de liège, absorbant inerte jusqu’alors employé en mélange à la nitroglycérine, et son remplacement par le coton-poudre, absorbant à base active. La dynamite gomme ou gomme explosible se définit dès lors comme un mélange de nitroglycérine et de coton préalablement imbibé d’acides,  renforçant ainsi l’effet de l’explosif.

Evoquée au terme du résumé de son intervention, la sécurité de maniement du nouveau produit n’est cependant pas assurée, comme l’atteste l’explosion mortelle survenue à Paulilles l'année suivante[2]. Cette même année 1882, Fernand Feutrier a toutefois abandonné ses précédentes fonctions, pour entamer une nouvelle carrière administrative puis coloniale au service de l’Etat.

E. PRACA

 

DOCUMENT

Une nouveauté : la Gomme explosible de Nobel

1881

 

« M. Feutrier fait connaître que le corps inerte mélangé à la nitroglycérine pour constituer la dynamite absorbe toujours une notable partie de la chaleur de l’explosion, et fait perdre ainsi une portion de l’effet produit.

« Le charbon de liège a jusqu’ici donné les meilleurs résultats, mais il a l’inconvénient d’être trop léger.

« Il faudrait chercher à réaliser les conditions suivantes pour constituer une bonne dynamite : avoir une matière inerte dense et homogène, retenant assez bien la nitroglycérine pour ne pas produire d’exsudation, si dangereuse dans les pays froids.

« M. Nobel a imaginé de remplacer la matière inerte par le coton-poudre, en dissolvant cette substance, ainsi que la nitroglycérine, dans certains alcools méthyliques.

« Il a obtenu ainsi une gomme explosible, qu’on peut fabriquer à froid sans danger.

« Cette gomme n’a qu’un inconvénient, c’est d’exiger l’emploi de 2 grammes de mercure pour faire explosion.

« Elle produit une force explosible de 30% supérieure à celle du même poids de dynamite à 75%, et de 10% supérieure à celle de la nitroglycérine pure.

« M. Feutrier cite quelques expériences faites à ce sujet et conclut à l’emploi de la gomme qui ne coûte que 8fr50 le kilogramme et donne des effets détonants supérieurs à ceux de la dynamite, surtout quand on l’amorce avec une rondelle de coton-poudre.

« Il ajoute que la gomme ne détone pas au choc, ce qui en rend le maniement peu dangereux ».

 _______________________________________

 

BIBLIOGRAPHIE

Document extrait de : Association française pour l’Avancement des Sciences, Comptes rendus du congrès d’Alger 1881, 1882, p.301 : M. Feutrier, capitaine du Génie « Sur la Gomme explosible de Nobel. Extrait de PV. Séance du 19 avril 1881 ».

POUR EN SAVOIR PLUS
 
PRACA E., Paulilles - Expérimentation de la dynamite gomme - 1877-1880, site Amis de Paulilles, rubrique Productions.
 
PRACA E., Enjeux de la dynamite gomme - 1880, site Amis de Paulilles, rubrique Productions.
 
Biographie de Fernand Feutrier :
 
PRACA E., Fernand FEUTRIER (1845-1927) - De la dynamite au Trésor public, site Amis de Paulilles, rubrique Administration/Patronat.


NOTES

[1] Intervention à la section du génie civil de ce congrès, au titre d’ancien capitaine du Génie.

[2] Accident le plus meurtrier dans l’histoire de la dynamiterie.