Mines de fer d'ESCARO-NORD - Dépôt d’explosifs - 1950

 

En juin 1915, un décret portant règlement d’administration publique concerne la conservation, la vente et l’importation des dynamites et des divers explosifs à base de nitroglycérine. Après la Première Guerre Mondiale, son contenu est ensuite codifié par de nouveaux décrets respectivement parus en 1921, 1928 et 1930.

Sur cette base encore valable après la Seconde Guerre Mondiale, la Société des Hauts fourneaux, Forges et Aciéries de Denain-Anzin, siégeant à Paris, dépose une demande d’autorisation en vue d’établir un dépôt d’explosifs sur le territoire de la commune d’Escaro (Pyrénées-Orientales). Celui-ci est alors destiné à l’exploitation des mines de fer d’Escaro-Nord.

Localisation et composition

Après les avis favorables de l’ingénieur en chef des mines à Alès, du général commandant la Ve région militaire et du directeur de la Poudrerie Nationale de Toulouse, un arrêté préfectoral du 20 juin 1950 autorise l’établissement de ce dépôt permanent d’explosifs de première catégorie au lieudit « Clos de la Llybo ». Son article 3 fixe notamment les dimensions et la composition du dépôt en question.

Celui-ci comprend un magasin, une longue galerie d'accès, une chambre d'expansion et un local de protection encastré dans un merlon. Deux portes de sûreté et une sonnerie relient le dépôt au monde extérieur, en raison des risques encourus. De fait, la quantité d'explosifs qui peut y être stockée ne doit jamais excéder, au maximum, 2 tonnes de dynamite de classe I ou 4 tonnes d'explosifs de classe V. Un volume à postériori impressionnant, pour une reprise d'exploitation intensive de la concession d'Escaro-Nord.

E. PRACA

 

PREFECTURE des PYRENEES-ORIENTALES

ARRETE PREFECTORAL

du 20 Juin 1950

EXTRAIT

 

« Article 2 – Le dépôt (…) appartiendra au type enterré à charge condensée sans projections possibles dans un rayon de 50 mètres, défini par l’arrêté ministériel du 15 février 1928.

Article 3 – Le dépôt sera constitué par une galerie magasin de 7 m de profondeur et de 2m15 x 2 m de section, branchée à angle droit à l’extrémité d’une galerie d’accès de 19 mètres de longueur et de 2 m x 2 m de section. La galerie magasin sera prolongée, d’autre part de la galerie d’accès, par une chambre d’expansion de 3m30 de profondeur et de 2m35 x 2m20 de section.

Un merlon avec chambre réceptrice de 3 m de profondeur et 3 m x 2m80 de section sera édifié à 1m50 de l’entrée de la galerie d’accès.

Le dépôt sera aéré par une tuyauterie en fer ayant son origine dans le fond de la galerie voisine et son orifice de sortie près de l’entrée de la galerie d’accès et à 1m50 au-dessus du sol. Cet orifice sera protégé contre l’introduction des eaux atmosphériques.

Les galeries du dépôt seront protégées par 2 portes placées, l’une, à l’entrée de la galerie d’accès et l’autre, à l’entrée du réseau des galeries magasin-expansion.

Ces portes, de construction solide, seront pourvues de serrures de sûreté.

L’ouverture de l’une de ces portes actionnera une sonnerie continue placée à proximité du logement du gardien du dépôt qui sera relié téléphoniquement au bureau de poste le plus proche.

L’ouverture des caisses d’explosifs ainsi que la manutention de ceux-ci, sont interdites à l’intérieur du dépôt. Ces opérations ne pourront avoir lieu que dans un local de distribution distant d’au moins 25 mètres de l’entrée du dépôt.

Il est interdit d’entreposer des explosifs non encartouchés ».


_______________________________

 

SOURCES

Préfecture des Pyrénées-Orientales, 1ère division, 2e bureau, Arrêté préfectoral n°308 du 20 juin 1950.