Mines de SARDAIGNE - Législation et spéculation - 1867

 

Léon Gouin - Ingénieur des mines

 

En 1867, l’ingénieur civil des mines Léon Gouin publie une monographie intitulée « Notice sur les mines de Sardaigne, pour l’explication de la collection des minerais envoyés à l’Exposition universelle de Paris », qui se tient cette même année. De fait, à compter des années 1860 et de la formation du royaume d’Italie, la Sardaigne est devenue terre de spéculation pour les industriels et ingénieurs français, en raison d’une modification attractive de la législation minière.

Dans le prolongement de cet état de fait, pour la première fois en 1870, Léon Gouin fait appel à Alfred Nobel pour l’obtention de dynamite servant à son exploitation. L'extrait ci-dessous témoigne tout d'abord des circonstances et du cadre législatif permettant cette mutation spéculative.

E. PRACA

 

DOCUMENT

LEGISLATION SUR LES MINES

 SARDAIGNE - 1867

 

« La loi du 29 Novembre 1859, en reconnaissant aux propriétaires un droit presque illusoire sur le sous-sol, augmenta par cela même considérablement le nombre des demandes pour recherches de mines, et tous ces détenteurs de permis firent si bien qu’ils attirèrent une foule de sociétés et que la production augmenta très rapidement.

Pendant ce laps de temps, on fit quelques routes, et les habitants des campagnes s’habituèrent aux étrangers, des spéculations qui étaient impossibles en 1853 le furent quelques années plus tard.

Si l’état fit peu de chose matériellement pour aider l’industrie, il fit considérablement par la liberté qu’il laissa à tout le monde ; les facilités et la complaisance que l’on trouvait dans les bureaux, les ministères, étaient grande, aussi l’administration n’était pas une entrave, comme dans certains pays et si elle ne faisait pas grand-chose pour les industriels, elle les laissait du moins agir.

Ces facilités ont eu pour résultat de faire tomber dans le domaine public toutes les portions de territoire où l’on peut supposer exister des mines et je doute qu’il y ait actuellement un coin de l’île où l’on puisse demander un permis.

Tous ces permis ne sont évidemment pas en exploitation, mais leurs propriétaires s’entendent très bien à trouver le capitaliste nécessaire à leur exploitation et c’est une recherche où ils excellent ».

Léon GOUIN

 

________________________________

 

BIBLIOGRAPHIE

Extrait de : GOUIN Léon, Notice sur les mines de Sardaigne, pour l'explication de la collection des minerais envoyés à l'Exposition universelle de Paris pour 1867, Cagliari, 1867.

POUR EN SAVOIR PLUS

Dynamite italienne – Origines de la fabrique NOBEL – 1870, site Amis de Paulilles, rubrique Etudes.

En lien sur Internet : Léon GOUIN (1829-1888) - Les Annales des Mines.