SAINT-MARTIN de CRAU en visite à PAULILLES - Septembre 2018

 

St Martin de Crau - Le laboratoire

 

L’histoire des dynamiteries peut être abordée de diverses manières, dont celle des réseaux familiaux et patronaux. C’est ainsi que la généalogie patronale de la dynamiterie de Saint-Martin de Crau, située en Provence, mène également à l’histoire de Paulilles, dans les Pyrénées-Orientales et fait de ces deux entreprises des unités cousines, par patronat interposé. Une simple chronologie, complétée d’une esquisse biographique et familiale, donne un aperçu de ces liens historiques.                             

Jalons chronologiques

Aux origines de cette chronologie, nous avons choisi de faire figurer Alexis Potron, orfèvre parisien du XVIIIe siècle, membre de la municipalité de Paris sous la Révolution. Avant les limitations imposées au statut de la femme par le Code civil, sa fille Cécile entretient en effet une relation avec Jean Baptiste Lefébure de Saint Maur, notaire de la capitale, et de cette union sont issues deux générations successives. Celle d’Albert Edouard (1845-1925), attaché au Ministère des Finances et petit fils du précédent, en constitue une articulation intéressante.

Demeuré sans enfants, ce dernier adopte en effet Camille Fouchet, devenue en 1921 Camille Fouchet Lefébure de Saint Maur. Depuis le début du siècle, celle-ci est déjà alliée par mariage à Eugène Jean Barbier, fils du fondateur de la dynamiterie de St Martin de Crau en 1893. Lors de la Seconde Guerre Mondiale, la famille Barbier prend ensuite une part active à la Résistance et l'un de ses membres devient également président de Nobel Française, propriétaire du site de Paulilles.

Une page d’histoire commune

En d’autres termes, il est loisible d’articuler l’histoire de Saint-Martin de Crau autour de deux périodes : d’une part, la fondation et l'activité durable de la dynamiterie, reposant sur la succession et l'action individuelle de la famille Barbier, d’autre part la période de guerre et d’après-guerre, conduisant à une concentration d’intérêts industriels et patronaux, même si l’autonomie des entreprises dispersées sur le territoire semble préservée. Cette seconde période est notamment incarnée par Jack Leroux, administrateur de la SA EPC et de Nobel Française, allié à la famille Barbier.

De fait, à compter des années 1940, les unités de Paulilles et de Saint-Martin de Crau apparaissent historiquement cousines, et c’est en ce sens qu’a été pensée une nouvelle séance de dédicaces de l’ouvrage « Paulilles, l’avenir d’une mémoire ». Destinée au personnel de Saint-Martin de Crau, en visite à Paulilles le 25 septembre 2018, celle-ci tend en effet à souligner les liens fondateurs d’une page d'histoire commune aux deux dynamiteries. Et ce lien inédit se surajoute, si besoin était, aux analogies de fonctionnement d’un même secteur d’activité.

E. PRACA

________________________________

 

GENEALOGIE et CHRONOLOGIE

Cliquez sur les patronymes cités

Famille POTRON

  • Alexis POTRON : orfèvre parisien, membre de la municipalité de Paris en 1790 - Père de Cécile POTRON.
     
  • Cécile POTRON (1773-1827) : fille d’Alexis POTRON - Epouse en premières noces d’un agent de change, puis alliée au notaire parisien Jean Baptiste LEFEBURE de SAINT MAUR (1758-1819).

Famille LEFEBURE de SAINT MAUR

Famille BARBIER

  • Eugène Jean BARBIER (1885-1941) : fils du fondateur de la dynamiterie de Saint Martin de Crau de même patronyme, Eugène Jean BARBIER (1851-1944) - Industriel et administrateur de sociétés d’explosifs - Epoux de Camille FOUCHET précitée.
     
  • Elisabeth BARBIER (1912-1968) : fille cadette de Camille FOUCHET LEFEBURE de SAINT MAUR et d’Eugène Jean BARBIER (1885-1941) précités - Résistante, déportée à Ravensbrück.
     
  • Henriette BARBIER (°1908) : fille aînée de Camille FOUCHET LEFEBURE de SAINT MAUR et d’Eugène Jean BARBIER (1885-1941) précités - Epouse de Jack LEROUX (1901-1956), administrateur de sociétés d’explosifs.
     
  • Jack LEROUX (1901-1956) : époux d’Henriette BARBIER - administrateur de la SA EPC de St Martin de Crau, président de Nobel Française et Résistant.

BIBLIOGRAPHIE

Cliquez sur 

CONFERENCE

  • Concernant la famille Barbier, une conférence intitulée "Patronat dynamitier et grande Résistance" a été donnée le 21 octobre 2017 à l'invitation de la Ville d'Angoulême, dans le cadre de la valorisation de la mémoire poudrière et de l'exposition réalisée sur sa Poudrerie.