Elisabeth BARBIER - Grande patriote française

 

Elisabeth Barbier - Résistante.

Elisabeth BARBIER - 1912-1968

 

Née en 1912 à Nice, décédée en 1968 à Jérusalem, Elisabeth Barbier a été promue chevalier de la Légion d’honneur en 1945, à l'âge de 32 ans, pour faits de Résistance. Elle offre la particularité d’être la petite-fille d’Eugène Barbier (1851-1944), fondateur du groupe Barbier des explosifs, et la fille d’Eugène Barbier (1885-1941), également industriel des explosifs. Elle est par ailleurs la belle-sœur de Jack Leroux (1901-1956), administrateur de la société Nobel Française et président du Syndicat des fabricants d’explosifs industriels qui, en lien avec cette dernière, a également mené durant la guerre, une action de résistance dans un secret quasi absolu.

L’activité foisonnante d’Elisabeth Barbier, alors capitaine des Forces Françaises Libres, mériterait un tel développement qu’il apparaît impossible d’en présenter tous les détails dans l’immédiat. Relevant du renseignement et du sauvetage d'aviateurs alliés, elle s'inscrit dans le cadre de nombreux réseaux indépendants. Transcrit ci-dessous, son décret de nomination au grade de chevalier de la Légion d’Honneur offre un premier aperçu de son action au sein de la Résistance. Emis le 23 mai 1945 par le gouvernement provisoire de la République, ce décret s’accompagne de l’attribution de la Croix de Guerre avec Palme. Elisabeth Barbier obtient également la Freedom Medal, décoration américaine, et la King's Medal, décoration britannique.

E. PRACA

 

DOCUMENT

Décret portant nomination au grade

de Chevalier la Légion d’Honneur

Paris - 23 mai 1945

 

« BARBIER Elisabeth, Capitaine, Ex-Forces Françaises de l’Intérieur.

Entrée dans la Résistance effective dès Octobre 1940, a montré le plus bel exemple de patriotisme en apportant les renseignements les plus précieux aux différents réseaux. Fait parvenir le rapport Doyen de la Commission d’Armistice de WISBADEN à LONDRES. En juillet 1942, organisa et devint le Chef du réseau VANEAU et y déploya une grande activité et un grand courage dans la recherche et le rapatriement d’aviateurs alliés, sauvant ainsi 150 aviateurs alliés. Arrêtée par la Gestapo le 18 Juin 1943, ne livra ni nom, ni renseignements malgré les menaces et les tortures. Déportée à REVENSBRUCK en Janvier 1944, a continué jusqu’à la Libération du camp son apostolat de grande patriote française ».

 ______________________________

 

SOURCES

Service historique de la Défense : dossier de Résistante d'Elisabeth Barbier.

POUR EN SAVOIR PLUS

PRACA E., Jack LEROUX et Elisabeth BARBIER – Réseaux de RENSEIGNEMENT, Site Amis de Paulilles, rubrique Administration/Patronat.

PRACA E., Jack LEROUX - Dynamite et Résistance, Site Amis de Paulilles, rubrique Administration/Patronat.

PRACA E., Généalogie BARBIER sur Geneanet.