Amédée HOFFER – 1847-1896 – Directeur et fidèle d’Alfred NOBEL

 

Amédée Hoffer - 1847-1896

C’est en 2002 que le nom d’Amédée Hoffer a été cité pour la première fois, dans l’une de nos études commanditées par le Conservatoire du Littoral. Ce Lorrain d’origine devient un proche d’Alfred Nobel à compter des années 1870, dirige à Hambourg la Dynamit Actien Gesellschaft, est nommé directeur de la Société Centrale de Dynamite à Paris, avant de décéder prématurément en 1896 à l’âge de 49 ans.

Evoqué lors de notre exposition « Dynamiteries de Paulilles et d’Europe du Nord », il convient dès lors d’en retracer brièvement la carrière, ou tout au moins d’en poser les premiers jalons. Il est en effet possible de suivre son parcours professionnel, d’une part grâce à la documentation que nous avons rassemblée, d’autre part grâce à sa correspondance avec Alfred Nobel conservée en Suède, et enfin par les portraits que nous ont transmis ses héritiers.

Amédée Hoffer à Paulilles – 1870-1871

Agé d’une vingtaine d’années, Amédée Hoffer apparaît tout d’abord comme un lieutenant d’artillerie décoré de la Légion d’honneur, menant avec son chef d’escadron Paul Barbe, un combat commun contre l’ennemi prussien en 1870. Avant la guerre, P. Barbe avait signé un contrat d’association avec l’inventeur de la dynamite Alfred Nobel, pour la fabrication du nouvel explosif en France. C’est ainsi qu’accompagné d’Amédée Hoffer, Paul Barbe installe à Paulilles, dans les Pyrénées-Orientales, la première dynamiterie fondée en France, dont le fonctionnement débute en novembre 1870.

En Italie et en Suisse – 1872-1879

Après la fermeture gouvernementale et temporaire du site de Paulilles, Amédée Hoffer est le fondateur, avec Paul Barbe et Alfred Nobel, d’une nouvelle dynamiterie en Italie (Avigliana), qu’il dirige de 1872 à 1875. A cette date, il remplace le directeur de la dynamiterie suisse d’Isleten, nommé à son tour à Paulilles, dont la réouverture vient d’être autorisée. A. Hoffer demeure à la tête de la fabrique d'Isleten de 1875 à 1879. Dans les Alpes, cette période est alors celle du creusement novateur du tunnel du St Gothard, grand consommateur de dynamite entre Suisse et Italie.

En Allemagne – 1879-1891

Fin 1879, Amédée Hoffer est ensuite nommé à la tête de l’entreprise historique d’Alfred Nobel à Hambourg, où il joue un rôle essentiel s’inscrivant dans la durée. Remplaçant le négociant C. E. Bandmann, il devient en effet administrateur de la Dynamit Actien Gesellschaft, société austro-allemande de dynamite, et œuvre avec Alfred Nobel à la création d’une union élargie des sociétés. Il contribue ainsi à la fondation de la Deutsche Union créée en 1884, suivie de la Nobel-Dynamite Trust Company Limited fondée en 1886. En définitive à Hambourg, A. Hoffer figure comme le promoteur essentiel d’une union des sociétés d’Europe du Nord, par la création successive d'un cartel allemand puis d'un trust de sociétés allemandes et britanniques.

Retour à Paulilles et Paris – 1892-1896

A la suite de cette réussite, Amédée Hoffer est enfin nommé directeur commercial de la récente Société Centrale de dynamite, fondée à Paris en 1887 et se présentant cette fois comme une union des sociétés d’Europe du Sud. Après le décès de Paul Barbe en 1890 et un bref retour à Paulilles, il rejoint son poste à Paris, mais cette promotion s’avère désormais de courte durée. Ayant déposé son testament définitif en 1893, Amédée Hoffer décède en effet prématurément en 1896, à l’âge de 49 ans.

Plus précisément, son décès intervient en novembre 1896 à La Genevraye, où s'est implantée depuis peu une dynamiterie concurrente à celle de Paulilles. Sa disparition est suivie de celle d’Alfred Nobel, qui décède à son tour à San Remo (Italie), en décembre de la même année. Ainsi s’achève le tour d’Europe d’un brillant directeur et administrateur de sociétés, fidèle d'Alfred Nobel et dont par chance, les archives manuscrites et un album photographique sont conservés. Majeur pour l'histoire industrielle et patronale, leur contenu peut dès lors, grâce à la conscience collective des héritiers, être progressivement analysé, commenté et exposé.

E. PRACA

___________________________________ 

 

POUR EN SAVOIR PLUS

PRACA E., Dynamiterie d’AVIGLIANA - Fondation - 1872-1880 - Site Amis de Paulilles, rubrique Productions.

PRACA E., Percement du SAINT-GOTHARD - 1880 - Site Amis de Paulilles, rubrique Patrimoine.

PRACA E., De Paulilles à l'Europe - Réseau familial et industriel des pionniers de la dynamite - 1870-1918 - Site Amis de Paulilles, rubrique Etudes.

PRACA E., Dynamiteries de Paulilles et d'Europe du Nord, Exposition 2016, site Amis de Paulilles, rubrique Patrimoine.