Chambre Syndicale du Matériel de Guerre – Conseil d’administration – 1913-1914

Chambre Syndicale du Matériel de Guerre – Conseil d’administration – 1913-1914

 

Chambre syndicale du Matériel de Guerre - Annuaire 1913-1914

 

Fondée dans le sillage de la loi de 1884 sur les syndicats, la Chambre Syndicale des Fabricants et Constructeurs de Matériel de Guerre est un syndicat patronal créé à Paris en 1903. Cet organisme a pour but "d'établir des relations entre ses membres; de permettre aux adhérents de se concerter en vue de maintenir une bonne entente entre les ouvriers et les patrons[1]; de créer un centre d'études et d'action pour la défense des intérêts généraux de l'industrie de guerre; d'obtenir des pouvoirs publics, avec inscription au budget, une plus juste répartition des commandes entre l'industrie et les ateliers de l'état".

En 1913-1914, cette organisation professionnelle répertorie dans son annuaire une quarantaine de sociétés et son siège social est fixé 7 rue de Madrid à Paris. Son conseil d’administration est alors composé de quinze membres actifs, auxquels s’ajoutent trois membres honoraires. Ces administrateurs sont pour la plupart issus de la grande industrie métallurgique, de certaines entreprises de travaux publics, ou de production d'explosifs et d’armement.

Principales industries représentées

L'importance de l'industrie métallurgique transparaît dans la promotion faite par le siège social des "publications intéressant la métallurgie" : Bulletin du Comité des Forges de France, Circulaires de la Chambre Syndicale des Fabricants et Constructeurs de Matériel pour Chemins de fer et Tramways, Circulaires de la Chambre Syndicale des Fabricants et Constructeurs de Matériel de Guerre, ou de la Chambre Syndicale des Constructeurs de Navires[2].

Pour sa part, l'industrie des poudres et explosifs est présente au sein du syndicat de matériel de guerre par la Société Hotchkiss et la Société Centrale de Dynamite, dont Charles Duplomb et Paul Clémenceau sont les représentants respectifs. Tous deux sont en outre administrateurs d'une société d'armement conventionnel, la Société pour la Fabrication des Munitions d'Artillerie, également membre du syndicat.

Cadre de production en temps de guerre

En 1914, sont ensuite institués en France un certain nombre de groupements destinés à la fabrication de matériel de guerre. A leur tête sont placés les directeurs des mêmes grands établissements industriels et métallurgiques, des grandes compagnies de chemins de fer etc. Initialement fixé à neuf, le nombre de ces groupes est ensuite porté à quinze.

Désignés par le ministre, les chefs de groupes sont chargés du recensement des ressources industrielles, chacun dans la région qui leur est assignée, afin d'obtenir des petits industriels, soit isolément, soit en les groupant, le rendement maximal en personnel et outillage. La plupart des chefs de groupes obtiennent la totalité des commandes industrielles, qu'ils sous-traitent ensuite au sein des usines régionales de plus ou moins d'importance.

E. PRACA

 

DOCUMENT

Chambre syndicale du Matériel de Guerre

Conseil d’administration - 1913-1914

 

Président

- LEVY Léon, directeur général de la Compagnie des Forges de Châtillon, Commentry et Neuves-Maisons.

Vice-présidents

- DE FREYCINET Henri, directeur des établissements Schneider et Cie.

- LAURENT Théodore, directeur général de la Compagnie des Forges et Aciéries de la Marine et d’Homécourt.

- DUPLOMB Charles, vice-président honoraire de la Société des Anciens Etablissements Hotchkiss et Cie.

Secrétaire

- GOÜIN Gaston, président du conseil d’administration de la Société de Construction des Batignolles.

Trésorier

- BACLÉ Louis, représentant de la Société des Forges de la Loire et du Midi Marrel Frères.

Membres

- AVISSE Edmond, administrateur, directeur général de la Compagnie de Fives-Lille.

- BETHMONT Daniel, administrateur délégué de la Société d’Electrico-métallurgie de Dives.

- CHOLAT Pierre, administrateur de la Société des Fonderies, Forges et Aciéries de Saint-Etienne.

- CLEMENCEAU Paul, directeur de la Société Centrale de Dynamite.

- DUMUIS Marcel, directeur de la Société des Aciéries et Forges de Firminy.

- GHESQUIERE Désiré, président du conseil d’administration de la Société des Fonderies et Laminoirs de Biache-Saint-Vaast.

- LUCIUS Edmond, Fondé de pouvoirs de la société Jacob Holtzer et Cie.

- PARAF Emile, directeur général de la Société des Mines et Fonderies de Pontgibaud.

Secrétaire général

- PINOT Robert, secrétaire général du Comité des Forges de France et des Chambres syndicales du Matériel de Chemins de Fer, de la Construction navale, des Forces Hydrauliques et des Mines de fer de France ; secrétaire de l’Union des Industries Métallurgiques et Minières.

Membres honoraires

- MAGNIN Claudius, vice-président de la Compagnie des Forges et Aciéries de la Marine et d’Homécourt, vice-président honoraire de la Chambre syndicale des Fabricants et Constructeurs de Matériel de Guerre.

- HUGOT Adolphe, administrateur de la Société des Aciéries et Forges de Firminy.

- THOMAS, ingénieur, ancien chef du service des Constructions mécaniques de la Société de Construction des Batignolles.

 

______________________________

BIBLIOGRAPHIE

Annuaire des Chambres Syndicales du Matériel de Guerre et de la Construction Navale, 1913-1914, 7 rue de Madrid, Paris[3].

Collectif, L'effort de la France, Collection Pages d'histoire - 1914-1916, Librairie militaire Berger-Levrault, Paris, 1916, p.60-61.

POUR EN SAVOIR PLUS

ROUSSELIER-FRABOULET Danièle, Quand les patrons s'organisent : stratégies et pratiques de l'Union des industries métallurgiques et minières, 1901-1950, Presses Universitaires Septentrion, 2007.

PRACA E., Fabricants et Constructeurs de Matériel de Guerre - Société Centrale de Dynamite - 1913-1914, Site Amis de Paulilles, rubrique Administration/Patronat.

 

[1] Sur le rôle social de ce patronat : ROUSSELIER-FRABOULET Danièle, Quand les patrons s'organisent : stratégies et pratiques de l'Union des industries métallurgiques et minières, 1901-1950, Presses Universitaires Septentrion, 2007.

[2] Publications sous forme de séries spéciales ou générales, disponibles par abonnement.

[3] Les prénoms ci-dessus ont été ajoutés d'après d'autres sources.