Paul ASTORG - 1878-1946 - Directeur de la dynamiterie de Paulilles

Paul ASTORG - 1878-1946 - Directeur de la dynamiterie de Paulilles

 

Paul Astorg vers 1905 -  Photo. J. Fontaine - Rouen

 

Né dans l’Aveyron en 1878, Paul Astorg est un ingénieur chimiste diplômé de l’Ecole de Physique et de Chimie Industrielles de la Ville de Paris (1899). Sous-directeur puis directeur de la dynamiterie de Paulilles (Pyrénées-Orientales) de 1908 à 1924 où il remplace Georges Wolf, il devient ensuite directeur de la Maison Lacroix - Pyrotechnie et Artifices - à Toulouse. Il décède dans le département de la Haute-Garonne en 1946, à l’âge de 68 ans.

Formation et carrière

Né le 11 juin 1878 à St Julien d’Empare (Aveyron), Paul Astorg est le fils d’Henri Astorg, garde-frein domicilié à la gare de Capdenac, âgé de 33 ans, et de Mathilde Chazal, 27 ans. Titulaire du certificat d’études primaires supérieures obtenu à l’école Jean-Baptiste Say (Paris-13e), il est admis en 1896 au concours d’entrée de l’Ecole municipale de Physique et de Chimie Industrielles de la ville de Paris et fait partie de la 15e promotion de cette école, dont il sort diplômé en 1899. Parmi ses enseignants figure alors Pierre Curie, et l’ESPCI fondée en 1882 dans le sillage de la guerre de 1870, forme notamment des ingénieurs de haut niveau destinés à l’industrie.

Au terme de son service militaire effectué dans un régiment d’infanterie à Chartres (Eure et Loir), Paul Astorg devient tout d’abord chimiste à l’usine de la Pharmacie centrale de France à Saint-Denis (Seine) puis au laboratoire du ministère des Finances à Lille (Nord). Mentionné en 1905 ingénieur-chimiste aux Etablissements Malétra, à Petit-Quevilly (Seine Inférieure), il devient en 1908 sous-directeur puis directeur de la dynamiterie de Paulilles, près de Port-Vendres (Pyrénées-Orientales), dépendant de la Société Générale pour la Fabrication de la Dynamite, siégeant à Paris. Il achève sa carrière comme directeur de la Maison Lacroix - Pyrotechnie et Artifices - à Toulouse (1926-1936), ville dont est originaire son épouse.

Paul Astorg à Paulilles

A Paulilles où il est mentionné en 1908, Paul Astorg participe notamment aux côtés du directeur Georges Wolf, à la création d’une nouvelle dynamiterie mise en activité l’année suivante, puis plus largement à l’extension du site industriel lors de la première Guerre mondiale. Marquée par plusieurs explosions mortelles, cette période est caractérisée par l’arrivée d’une fort volume de main d’œuvre espagnole et annamite constitutive de l’effort de guerre, et par la formation d’un syndicat cégétiste des ouvriers et ouvrières de Paulilles. L’aménagement du site se poursuit dans l’entre-deux guerres où la déviation du cours du Cosprons est également placée sous la direction de l’ingénieur[1].

Domicilié à Paulilles et marié en 1908 avec Marthe Labéda, originaire de Toulouse où le couple dispose d’une maison de famille, Paul Astorg achève sa carrière dans cette dernière ville comme directeur de la Maison Lacroix (Pyrotechnie et Artifices) à compter de 1926. Il décède à Cintegabelle (Haute-Garonne) le 7 avril 1946. De son entourage familial sont connus son frère Lucien et un neveu, Camille Astorg, ainsi que ses deux fils, Albert et Edouard, respectivement nés en 1909 et 1910, embrassant tous deux des carrières scientifiques et médicales[2].

Correspondance de Paul Astorg

Datée de 1909, la correspondance adressée par Paul Astorg à son épouse a été redécouverte et se compose d'une centaine de lettres. Elle est l'un des rares et précieux témoignages relatifs à la vie quotidienne du personnel d'encadrement sur le site de Paulilles. Mention y est également faite d'un voyage  d'études en Italie à la dynamiterie Nobel d'Avigliana, s'inscrivant dans le cadre de l'édification d'une nouvelle dynamiterie alors établie à Paulilles.

E. PRACA



[1] Cf travaux E. Praca en histoire industrielle et sociale relatifs au site de Paulilles ; formation guide de Paulilles en histoire sociale (CG 66 - 2014).

[2] Albert Astorg, pharmacien, époux en 1933 de Caillaud Renée Victorine, d’où Colette Astorg, née en 1936.

 

SOURCES et BIBLIOGRAPHIE

AD Aveyron 4E48/10, NMD St Julien d’Empare, 1878, acte naissance n°85 du 11-6-1878 : Astorg Paul Henri.

Etat de services de P. Astorg d’après les annuaires ESPCI, aimablement transmis par C. Romiguière en 2009, que nous remercions ici.

POUR EN SAVOIR PLUS

PRACA Edwige, Sous la tonnelle. Lettres de Paulilles en 1909, Perpignan, 2009.